L’évolution de la contraception et de l’interruption de grossesse

Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, on observe une prise de conscience des personnes qui seront les fondateurs dans l’avancée du droit des femmes qui disposent de leur corps. Tout d’abord, l’IVG n’a pas été acceptée et autorisée par l’état avant le 17 janvier 1975 et son remboursement par la sécurité sociale sera voté qu’en 1982. Premièrement, l’interruption de grossesse a été un combat difficile pour la légalisation de celui-ci. En 1971, 343 femmes dont certaines célébrités comme Simone de Beauvoir, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau, Marguerite Duras reconnaissent avoir déjà avorté. On les nommait les 343 salopes. En 1972, a lieu le procès de Bobigny dont Marie-Claire, 17 ans, jugée pour avoir avorté après un viol.

Enfin, en 1975, la loi sur l’IVG consacre la liberté de choix de la femme et l’acceptation de cette loi a pu être permise par Simone Veil.

Depuis 1999, la pilule du lendemain ou pilule de contraception d’urgence (PCU) est disponible dans les pharmacies sans prescription médicale. À partir de 2002, elle est délivrée gratuitement et anonymement par les pharmaciens aux mineures qui en font la demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *