L’évolution de la place des femmes en économie

La condition de la femme au fil des siècles a énormément changé, amenant une évolution dans beaucoup de domaines, comme en économie ou au sein de sa liberté sexuelle. Au XXème siècle, les tournants de la Seconde Guerre Mondiale vont modifier  les mœurs et permettent une nouvelle vision de la place de la femme en France et plus globalement dans le monde. Lors du deuxième conflit mondial, le manque de mains d’œuvre se fait ressentir, les femmes vont donc avoir un rôle précieux dans ce conflit, un rôle de pilier. Ce dernier va permettre aux femmes d’assurer l’économie de leur pays, mais également de voir l’importance de la femme dans différents domaines qui permettra la mixité dans les écoles dans les années 1960.

La Seconde Guerre Mondiale : précurseur dans l’importance des femmes

D’abord, entre 1939 et 1945 les femmes vont participer à l’effort de guerre, en étant un soutien pour les soldats au front et en travaillant à la place que les hommes occupaient dans les usines, ou dans les champs. Contrairement à la Première Guerre Mondiale, le métier d’infirmière n’est plus le seul accessible dans le domaine militaire, par exemple devenir mécanicienne est maintenant possible pour les femmes. Les industries fonctionnent de nouveau grâce au travail des femmes, la majorité des ressources crées sont pour les soldats à la guerre, il y a donc des pénuries dans le pays et une forte mortalité de civils s’ensuit.

Les femmes doivent donc aussi s’occuper des enfants et de la procréation, pour assurer l’avenir et la sûreté du pays. Ce poids va être plus pesant pendant la période du régime de Vichy. En effet, la femme est renvoyée dans son foyer et s’occupe de ses enfants, son travail ne doit pas empiéter sur sa vie familiale et elle ne doit donc pas être salariée. L’embauche des femmes devient une interdiction. Cependant, en 1942 la loi empêchant les femmes mariées de travailler est suspendues car la main d’œuvre se fait de plus en plus rare, du fait que les hommes sont à la guerre et les femmes obligées de rester au foyer.

La femme aujourd’hui dans le monde du travail

Dans les années qui succèdent la Seconde Guerre Mondiale, les rôles que la société avait donnés aux femmes vont permettre à ces dernières d’intégrer le marché du travail et d’affirmer leur indépendance peu à peu après cette guerre, les maris étant jusque-là les chefs de famille, ils avaient autorité sur leurs femmes, cela va donc changer. Des lois sont créés pour que les femmes aient les mêmes droits ; la loi de 1965 affirme que la femme peut exercer une activité professionnelle sans l’accord de son mari et la loi de 1972 certifie une égalité des salaires femme/homme, plusieurs lois en lien avec le travail des femmes sont misent en place par la suite. Avec toutes ces sûretés liées au travail, le nombre de  femmes travaillant augmente de 27 points entre les années 1940 et 2013 passant de 40% à 67%.

Cependant, des inégalités persistent ; à travail égal, le salaire peut varier entre un homme et une femme ce qui est passible d’une amende très élevée pour l’entreprise en question. Cela n’empêche toutefois pas les entreprises de transgresser les lois contre l’égalité. La loi du 9 novembre 2010 défend ces différences de salaires et interdits les discriminations dans l’embauche des femmes. Il y a également toujours des différences au niveau du choix des métiers. En effet, en France seulement 3% des “business angel”, c’est-à-dire des personnes qui investissent dans des entreprises innovantes en début d’activité, sont des femmes. Le manque de « femmes d’affaires » est donc une donnée représentative des inégalités et des préjugés que les hommes peuvent avoir envers les femmes dans le monde du travail. Néanmois, il existe des exceptions, comme Christine Lagarde (Cf portrait) femme d’affaires française puissante dans l’économie ou Esther Duflo (Cf portrait) qui elle est une économiste importante pour le monde, ces femmes sont donc un emblème de la parité femme/homme dans l’économie.

L’importance des femmes : un moyen d’améliorer l’économie

La Seconde Guerre Mondiale a eu un rôle important dans l’amélioration de l’économie. Les lois crées pour les femmes par la suite de cette guerre vont permettre aux femmes d’accéder au monde du travail plus facilement qu’auparavant et de devenir qualifiées dans tous les domaines ainsi ces changements vont amener une augmentation de l’économie.

Pour commencer, pendant les années de guerre 1939-1945, les femmes ont eu des responsabilités importantes, métiers d’armement, comme le pilotage de chars, ou encore soutien économique et morale. Cependant, avec la fin de la guerre, ces dernières doivent retourner dans leur foyer ce qui n’est pas de l’avis de toutes les femmes. En effet, dans les années qui succèdent la guerre, Simone de Beauvoir écrit Le Deuxième Sexe et parle de la liberté économique de la femme à l’égard de son mari. Un mouvement va voir le jour pour amener l’égalité des sexes, le féminisme. Ce mouvement voit dans l’égalité salariale un objectif à atteindre. Il y a donc là, dans les mouvements pour l’égalité, des objectifs économiques certains.

Malgré plusieurs années, cet objectif n’est pas atteint. Mais grâce aux nombreuses manifestations et aux nombreux mouvements féministes la question du travail est plus souvent abordé. Ainsi, avant la Seconde Guerre Mondiale les salaires des femmes étaient confiés à leurs maris, elles n’avaient aucun droit dessus, et leurs salaires ne constituaient qu’une part minime dans le PIB, puis les femmes se sont affirmées, permettant des progrès économiques. En effet, comme les femmes ne sont plus des femmes au foyer, les tâches ménagères ne peuvent plus être tout le temps faites. Les entreprises innovent et créés de nouvelles inventions ; l’électroménager devient courant et moins cher qu’auparavant, l’économie augmente fortement et rapidement et les emplois aussi, les trente glorieuses commence et prendront fin en 1973.

La mixité à l’école, un tremplin vers une égalité

Dans les années 1960, la majorité des écoles deviennent mixtent. En effet, avant les écoles ne l’étaient pas, il y avait des programmes précis pour fille et garçon, une différenciation forte, car les filles se préparaient à leur vie de mère au foyer alors que les garçons eux faisaient des travaux manuels pour les préparer à soutenir leur futur foyer : la société les prédisposaient à devenir les chefs de leur future famille. Donc, pour assurer l’égalité femme/homme qui augmente dans tous les domaines, les écoles deviennent mixtent. Par ailleurs, l’une des grandes écoles d’ingénieurs ouvre ses portes aux filles en 1972 et une femme se fait remarquer : Anne Chopinet (Cf portrait) qui devient la première femme diplômée de l’Ecole Polytechnique. Évidemment, encore aujourd’hui des écoles non-mixtes existent, comme la Légion d’honneur.

La mixité à l’école apporte une nouvelle vision du travail des femmes, malgré le fait que les femmes ont encore des discriminations, leurs diplômes sont reconnus de l’état. Leurs droits ont évolué et sont égaux à ceux des hommes en politique. Néanmoins, la mixité dans les écoles fait débat. Les filles sont discriminées par rapport aux garçons et/ou inversement, il n’y a pas d’égalité complète. Cette mixité est donc bénéfique, mais dans certains cas être un problème dans l’éducation.

Portrait Anne Chopinet

Anne Chopinet est une femme importante pour le 20ème siècle. En effet, elle fut la première femme à intégrer l’École Polytechnique française en 1972 en étant classée première dans son concours d’entrée. Elle fait ses études au lycée Jules Ferry à Paris pour ensuite accéder aux classes préparatoires du lycée Condorcet, en maths supérieurs et maths spéciales. A la suite de l’École polytechnique elle devient ingénieure. Par la suite, elle deviendra présidente de l’ERAP (Entreprise de Recherches et d’Activités Pétrolières) avant sa dissolution en  2010. Cette femme est donc une icône de la femme libérée et insoumise face à la majorité masculine.

Portrait Esther Duflo

Esther Duflo, économiste française est une figure importante de la femme en économie. En effet, après une thèse en doctorat en 1999 dans le département d’économie du MIT, Massachusetts Institute of Technology, elle devient officiellement professeur en 2004. Par la suite, en 2010, elle reçoit la médaille John Bates Clark pour sa contribution importante dans l’économie de développement et pour ses connaissances dans ce sujet. Enfin, en 2011, elle obtient la médaille de l’innovation du CNRS pour ses recherches sur le plan économique et sociétal. Son parcours montre qu’une femme peut être aussi compétente qu’un homme dans des rôles économistes hauts gradés.

Portrait Christine Lagarde

Christine Lagarde est actuellement la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) mais elle est aussi depuis 2005 une femme politique française. C’est l’une des femmes les plus importantes en économie puisqu’elle est la première femme à présider le Comité stratégique en 2004. Par la suite, en 2007, elle est nommée ministre des Finances et de l’économie, c’est encore une première qu’une femme soit nommée à ce poste. Enfin, en juillet 2011, elle est à la tête du FMI, elle sera encore la première femme à occuper ce poste. Christine Lagarde, est donc une icône du fait qu’elle occupe et occupait des postes où seulement des hommes avaient été nommés. Et la veille de la journée internationale de la femme, le mercredi 7 mars 2018, elle affirmait que son poste n’a pas été facile d’accès en raison du fait qu’elle soit une femme.