Les femmes sous le régime de Vichy

« Travail, famille, patrie » tel est la devise du Régime de Vichy. Dans cette devise, la femme occupe une place très importante puisque son rôle est de maintenir et gérer sa famille.

      Pétain, à travers son idéologie, renvoie la femme à sa « fonction primaire ». Son rôle est ainsi de s’occuper de ses enfants et de faire perdurer sa génetique. Ainsi, c’est un réel retour en arrière. La journée typique d’une femme est de rester à la maison pour s’occuper des enfants, faire le ménage et la cuisine.

Pour empêcher les femmes de sortir de ce schéma, le gouvernement de Vichy crée des lois afin d’interdire plusieurs choses : 

Le 11 octobre 1940, les femmes sont interdites d’être embauchées.

Le 15 février 1942, l’avortement est considéré comme « un crime contre la sûreté de l’Etat ».

Le 2 avril 1941, la loi interdit de divorcer avant 3 ans de mariage.

Fort heureusement, la fin de la guerre cessa cette idéologie en gardant comme souvenir la « Fête des mères »

Le rôle familial des femmes

Qu’est-ce que la femme ? Selon l’homme au XXe siècle, pas grande chose. Elle n’est destinée qu’aux tâches ménagères ainsi qu’à procréer.

Bien, avant que les droits des femmes ne soient reconnus, la femme vivait sous l’autorité de son mari dont elle lui donnait “une soumission aveugle » et “une subordination totale”.

À l’image que se faisait la société d’après guerre de la femme, celle-ci doit respect et obéissance à son époux, “elle n’est que servante à ses yeux plutôt qu’une compagne”. Elle s’occupe du ménage, de la cuisine, du repassage… Elle était généralement debout lors du dîner, derrière l’homme et mange quand celui-ci a fini et bien sûr le vouvoiement prônait sur le tutoiement. Enfin, les sentiments d’affections étaient au second plan chez le couple. Tout semble « cliché » aujourd’hui, cependant, c’était bel et bien la situation familiale et conjugale de l’époque.

Malgré cela, la société a évolué et s’est progressivement écartée de la sphère de la vie familiale devenant celle de la vie privé du couple. On peut dire que la femme s’est “rebellée” et n’a plus suivit les codes qui lui étaient imposés depuis des siècles. Elle a commencé à être moins à la maison et plus au travail, sans forcément délaisser son rôle de mère. La femme laissée de côté au sein des décisions familiales, participe désormais, de par des compromis, notamment, concernant les tâches ménagères. Malgré tout, la libération du statut de  » Femme  » a été très compliquée. En effet, même si la femme est aujourd’hui, reconnue en tant qu’individu et “égale” à l’homme, il persiste néanmoins des inégalités. Que ce soit, au niveau des salaires, de la hiérarchie au sein de l’entreprise, l’accès à certains corps de métier (politique, économie, gendarmerie, armée …) .

 

MFPF / Planning familial (1956)

Créée en 1956 sous le nom de « La maternité heureuse », l’association réunissait des femmes et des hommes décidés à changer la loi de 1920 qui interdisait l’avortement, ainsi que l’utilisation et la diffusion de contraceptif en France. En 1960, l’association devient le « Mouvement Français pour Le Planning Familial » (MFPF) dit « Le Planning Familial ».

Le Planning Familial est un mouvement militant qui défend le droit à la contraception, à l’avortement, et même à l’éducation à la sexualité. Il dénonce et combat toutes les formes de violence, lutte contre le SIDA et l’IST, contre toutes les formes de discrimination et contre les inégalités sociales et prend en charge des IVG en apportant leurs aides. Un rôle d’éducation, d’information et d’accompagnement dans le domaine de la sexualité. Ils peuvent notamment aider à choisir sa contraception.

Le gouvernement a ouvert des centres publics aux fonctions similaires, à savoir les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF). Il existe au moins un CPEF ou un centre de Planning familial dans chaque département.

Cette association a beaucoup aidé les femmes depuis, surtout pour l’IST, comme le SIDA. Elle permet aux femmes de se sentir en confiance et de se confier dans des situations problématiques et des problèmes de santé de ce genre. Le planning familial est un soutien énorme pour l’avenir des femmes.